NCC/CNC

Alberta

  • Nombre de projets complétés en 2014-2015
  • 2
  • Acres conservés
  • 4 685
  • Valeur des terres
  • 9 924 000 $
  • Bénévoles pour l’intendance
  • 666

Lancement d’une campagne de protection de l’aire de conservation Bunchberry Meadows

CNC a lancé une campagne de financement visant à obtenir les fonds nécessaires à l’acquisition de l’aire de conservation Bunchberry Meadows d’ici la fin de l’année 2015. Une fois la campagne terminée et l’acquisition complétée, la propriété sera accessible aux visiteurs et offrira un réseau de sentiers de randonnée, une aire de pique-nique et plus encore.

Le site de 640 acres (260 hectares), situé tout juste au sud-ouest d’Edmonton, près du Jardin botanique Devonian, est détenu en copropriété et géré par 5 familles depuis 40 ans.

Témoins de changements considérables survenus dans les terres entourant Bunchberry Meadows et la ville d’Edmonton, les cinq familles propriétaires ont décidé de collaborer avec CNC pour assurer la conservation de la propriété, au bénéfice de leurs enfants et petits-enfants. Ils ont généreusement offert de vendre Bunchberry Meadows à CNC pour la moitié de sa valeur marchande.

CNC a également ouvert un nouveau bureau à Edmonton, signe de la croissance et de la réussite de l’organisme dans la région de l’Alberta.

Kyle Marquardt

Conservation d’un boisé bien-aimé

Grâce en partie à un financement offert par le Groupe Banque TD dans le cadre de l’initiative Forêts TD et à celui du Programme de conservation des zones naturelles (PCZN) du Gouvernement du Canada, CNC a pu conserver 478 acres (193 hectares) de terres forestières au sud-ouest d’Edmonton, près de la rivière Saskatchewan Nord.

Détenue et chérie depuis des années par la famille Busenius, cette propriété se caractérise par la présence d’une forêt boréale mixte. Celle-ci est composée de feuillus comme le tremble, le peuplier baumier et le bouleau à papier, ainsi que d’arbres à feuilles persistantes comme l’épinette blanche, l’épinette noire et le mélèze.

Cette riche forêt couvre en grande partie la propriété et fournit un habitat essentiel à une variété d’espèces dans la région, notamment :

  • 22 espèces de mammifères (y compris un troupeau de 40 wapitis);
  • 154 espèces d’oiseaux (dont 9 sont en péril);
  • 266 espèces de plantes (y compris bon nombre d’orchidées rares ou peu communes).

Les neuf milieux humides de la propriété Busenius soutiennent également de nombreuses espèces d’oiseaux aquatiques et beaucoup de rapaces qui y nichent, y compris le pygargue à tête blanche.

Kyle Marquardt

Un autre partenariat réussi entre CNC et la coopérative Waldron

En 2013, CNC a conclu une entente historique avec la Waldron Grazing Co-operative, visant à protéger 30 535 acres (12 357 hectares) de prairies indigènes à fétuque dans le sud-ouest de l’Alberta.

Depuis la fin du 19e siècle, c’était la première fois qu’une occasion de conserver à long terme ce territoire se présentait. Cette propriété comprend le cours supérieur du bassin versant de la rivière Saskatchewan Sud, un réseau aquatique qui approvisionne en eau des millions de Canadiennes et de Canadiens, ainsi que d’innombrables espèces fauniques et floristiques.

Une fois de plus, CNC a élaboré une entente de conservation en partenariat avec les actionnaires de la coopérative Waldron, visant cette fois une parcelle adjacente à la propriété : le ranch King. Cet ajout porte à 34 743 acres (14 059 hectares) la superficie totale protégée dans la propriété Waldron et ses alentours.

« La propriété, désormais plus vaste, sera à la fois un territoire protégé et un ranch, ce dont nos fondateurs sont très fiers » affirme Tim Nelson, président du conseil de la Waldron Grazing Co-operative.

Le ranch King a changé de propriétaires à quelques reprises depuis les années 1990, échappant chaque fois de peu aux mains des entrepreneurs. Puis, en 2015, une occasion s’est présenté pour la Waldron Grazing Co-operative de faire l’acquisition du ranch King et de l’ajouter à sa propriété. Grâce à un solide partenariat avec CNC, les actionnaires ont de nouveau convenu d’établir un accord de conservation, afin d’empêcher toute subdivision future des terres.

Une variété d’animaux sauvages profite de cette réalisation. En effet, ces terres sont un important habitat d’hivernage pour les wapitis et les cerfs mulets, en plus de soutenir une vaste gamme de mammifères comme les grizzlys et les ours noirs, les couguars, les orignaux et les cerfs de Virginie. Aussi, le faucon des prairies, la buse rouilleuse, l’aigle royal et de nombreux autres oiseaux y chassent et s’y reproduisent.