NCC/CNC

Manitoba

MB
  • Nombre de projets complétés en 2014-2015
  • 6
  • Acres conservés
  • 3 841
  • Valeur des terres
  • 2 062 000 $
  • Bénévoles pour l’intendance
  • 184

Partenariat avec l’Atlas des oiseaux nicheurs du Manitoba – une mine d’or d’information

En 2014, CNC a travaillé avec l’Atlas des oiseaux nicheurs du Manitoba pour faire l’inventaire des différentes espèces d’oiseaux présentes sur les 16 propriétés de CNC.

Les résultats sont impressionnants :

  • la présence de 152 espèces d’oiseaux a été confirmée sur l’ensemble des 16 propriétés;
  • toutes les propriétés abritent des espèces rares, en péril ou les deux;
  • la présence de couples reproducteurs a été confirmée dans 7 endroits;
  • sur une seule propriété, 16 parulines à ailes dorées mâles ont été observées.

Le Centre d’interprétation des prairies à herbes hautes de la famille Weston a célébré une première année réussie, ayant accueilli 336 et tenu des présentations faites par des chercheurs sur une variété de sujets, depuis l’escargot jusqu’aux papillons.

 
Heather Arnold

L’ensemencement de l’habitat des papillons monarques est complété

En 2011, CNC a entrepris un projet de restauration de 100 acres (40 hectares) dans la réserve des prairies à herbes hautes du Manitoba, située dans le sud-est de la province.

Le but était la restauration d’un important habitat pour le papillon monarque, qui depuis quelques années fait partie de la liste des espèces préoccupantes en raison de la perte de ses sites d’hivernage au Mexique, des fluctuations climatiques et de la disparition des asclépiades – une plante dont se nourrit exclusivement la chenille du monarque et qui est donc essentielle à sa survie.

Cette année, CNC a terminé l’ensemencement du site avec une variété de semences locales et indigènes des prairies, cultivées à la main autour de la réserve. La germination et la croissance des plantes assureront dans les prochaines années la présence d’asclépiades, de verges d’or, d’asters, de liatris à épi, de dalées et de tournesols, permettant aux monarques de se nourrir, de se reproduire et de se reposer avant d’entreprendre leur long périple vers le Mexique.

NCC/CNC

Efforts de conservation pour les pollinisateurs au Manitoba

À l’été 2014, CNC s’est associé à divers chercheurs afin de mieux comprendre le rôle des pollinisateurs dans le paysage naturel du Manitoba.

La conservation d’habitats permettant la survie d’espèces indigènes comme les abeilles, les papillons, les oiseaux et les mouches est fondamentale. En effet, ces derniers sont responsables de la fertilisation d’environ 75 % de toutes les plantes à fleurs, en plus de contribuer à la production de semences de près d’un tiers des cultures agricoles.

Cette année, Diana Robson, conservatrice de la botanique au Musée du Manitoba, a visité les prairies à fétuque de la réserve Elk Glen de CNC, près du parc national du mont Riding, pour y étudier la relation existant entre les pollinisateurs et les plantes. En juillet et en août, lors d’une période d’observation de 24 heures étalée sur 8 jours, madame Robson a pu observer au moins 64 espèces différentes d’insectes qui ont butiné plus de 1 200 fleurs sur la propriété. L’étude de madame Robson a révélé la présence d‘espèces clés de pollinisateurs, ainsi que de plantes qui leur sont vitales.

Cette recherche permettra entre autres d’aiguiller l’élaboration des plans de restauration et d’intendance de CNC pour cette propriété. De plus, elle aidera les gestionnaires de terres de CNC à sélectionner les combinaisons de semences des prairies qui contribuent le mieux à la santé globale de cet écosystème et au succès de nos voisins agricoles.

NCC/CNC
NCC/CNC

L’héritage d’un homme

Vers la fin de sa vie, Bill Nevistiuk avait mis en place un partenariat avec CNC en vertu duquel la plupart de ses propriétés devaient être préservées.

Monsieur Nevistiuk était un passionné de nature : il aimait les animaux de toute espèce, et on le trouvait souvent affairé sur ses propriétés à planter de nouveaux arbres et à les entretenir.

« Mon frère (Bill) a toujours rêvé d’assurer la conservation de ses terres. Tout jeune, il aimait la nature et les animaux sauvages, » affirme Andrew Nevistiuk. « Il se passionnait particulièrement pour la migration. Les oiseaux migrateurs survolaient directement sa propriété et Bill se plaisait à les écouter se rassembler à l’automne, pour ensuite attendre leur retour au printemps. »

Au cours de la dernière année, CNC a acquis la propriété Blue Wing de monsieur Nevistiuk. Située près du parc national du mont Riding, celle-ci est principalement reconnue pour ses milieux humides. Ces derniers sont largement adoptés comme lieu d’escale par la sauvagine, incluant le canard d’Amérique, le petit garrot, le canard colvert, le canard chipeau, la sarcelle à ailes bleues, le fuligule à collier et la bernache du Canada, en plus d’accueillir aussi le petit troglodyte des marais. Au printemps, les plus petits milieux humides jouent un rôle important comme habitat pour la reproduction des canards.