Mike Dembeck

Nouveau-Brunswick

  • Nombre de projets complétés en 2014-2015
  • 11
  • Acres conservés
  • 216
  • Valeur des terres
  • 469 600 $
  • Bénévoles pour l’intendance
  • 53
Mike Dembeck

Une mosaïque d’habitats protégés dans l’île Miscou

L’île Miscou, située sur la pointe nord-est du Nouveau-Brunswick, est reconnue pour ses magnifiques plages de sable, ses lagunes d’eau salée et ses vastes tourbières, qui prennent chaque automne une superbe teinte rouge cramoisi.

En novembre 2014, nous avons célébré la conservation de 450 acres (182 hectares) supplémentaires de terres importantes au plan écologique sur l’île – un regroupement réunissant 18 propriétés distinctes et de nombreuses familles locales.

Les efforts de conservation de CNC visent à protéger les caractéristiques naturelles uniques de l’île Miscou. Avec plus de 700 acres (280 hectares) maintenant protégés par CNC, ces aires de conservation protègent la forêt, la tourbière, les marais salés côtiers et les lagunes essentiels à des milliers d’oiseaux migrateurs. Ces sites sont également bordés de plages de sable où niche le pluvier siffleur, un oiseau de rivage en voie de disparition à l’échelle nationale, ainsi que d’autres espèces menacées comme le bécasseau maubèche et la paruline du Canada. L’aster du golfe Saint-Laurent y est également présent.

Ces propriétés ont été protégées en partie grâce à de généreux dons de terres faits par les familles qui en ont pris soin pendant des décennies, dont la famille Windsor-Harper de Miscou Harbour.

« Par le don de ce patrimoine familial aux bons soins de Conservation de la nature Canada, ces terres ont été rendues au vent, au soleil et à la mer, a déclaré Gwen McConkey au nom de la famille Windsor-Harper. Cette nature florissante, qui a nourri la détermination et le dur labeur de plusieurs générations de fermiers, de pêcheurs et d’entrepreneurs qui avaient choisi de s’établir sur ces rives accidentées de la baie des Chaleurs et du golfe du Saint-Laurent, va pouvoir foisonner de nouveau, au bénéfice des générations à venir. »

Mike Dembeck

Célébrons les oiseaux!

En août, CNC a célébré le 20e anniversaire de la Réserve d’oiseaux de rivage et centre d’interprétation de Johnson’s Mills, située dans la portion supérieure de la baie de Fundy.

L’anniversaire coïncidait avec le moment de l’année où le nombre d’oiseaux de rivage en migration atteint son apogée. Cette année, ce nombre s’élevait à 210 000 oiseaux!

La principale source de nourriture des oiseaux de rivage dans cette région de la baie de Fundy est la crevette fouisseuse (Corophium volutator), un minuscule amphipode de la taille d’un grain de riz qui vit dans un terrier en forme de « U » creusé dans la vase. En Amérique du Nord, on trouve la crevette fouisseuse uniquement dans la baie de Fundy et dans le golfe du Maine, là où la consistance de la vase lui convient.

CNC fait activement la promotion de la conservation, de l’éducation et de l’intendance à Johnson’s Mills, où l’organisme exploite un centre d’interprétation de juillet à août. Les visiteurs peuvent ainsi profiter de manière respectueuse de cette aire de conservation magnifique.


NCC/CNC

Du gland au chêne

Avec l’aide de nos bénévoles dévoués, CNC a lancé un projet pluriannuel de restauration de la forêt le long du littoral du détroit de Northumberland.

Une vingtaine de bénévoles pour la conservation ont passé un superbe week-end dans la forêt de Grand Barachois, à amasser et à planter des centaines de glands de chênes rouges sur 2 acres (0,8 hectare) de forêt protégés par CNC.

« Le test de flottaison est la meilleure façon de savoir si le gland est prêt à être planté, affirme Siobhan Darlington, coordonnatrice du programme Bénévoles pour la conservation de CNC au Nouveau-Brunswick. Si le gland coule, il peut être planté. S’il flotte, il n’est pas viable, probablement en raison d’insectes ou d’un manque de maturité. »

La forêt de chênes rouges de Grand Barachois est composée de 85 % de chênes rouges et de 15 % d’érables rouges.

Mike Dembeck

Un soutien sincère de la part de l’ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick

Le projet de conservation le plus ambitieux de CNC à ce jour au Nouveau-Brunswick, qui est aussi le plus important projet de conservation en terres privées de la province, a reçu un appui considérable le printemps dernier lorsque l’ancien ambassadeur du Canada aux États-Unis et ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick, Frank McKenna, a remis 100 000 $ pour le projet, en l’honneur de son ami Robert (Bob) Kenny, un ardent défenseur de la conservation du saumon.

CNC cherche à acquérir 5 propriétés le long de la rivière Bartholomew, dans le but de protéger 2 100 acres (850 hectares) de forêt et d’habitats essentiels pour le saumon. Comptant plus de 5,3 kilomètres d’étendue riveraine, ce projet contribuera à la sauvegarde d’importantes frayères dans le bassin versant de Miramichi. Les hautes terres du site cachent également une forêt acadienne, un habitat prioritaire pour la conservation.

Au cours d’une cérémonie touchante à laquelle participaient monsieur McKenna et la famille Kenny, CNC a annoncé que l’une des fosses à saumon serait nommée en l’honneur de Bob Kenny, alors atteint de la maladie de Lou-Gehrig. Monsieur Kenny est malheureusement décédé deux semaines après la cérémonie.